Vie de l'entreprise

« Choisis un travail que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie »

La vie a son lot de réjouissances. Il suffit de croire en ses rêves. Pas vraiment invité dans l’univers où il rayonne aujourd’hui professionnellement, Thomas Delbecq a saisi les opportunités qui gravitaient autour de lui. A force de détermination, mais surtout d’investissement, il fait les travaux qu’il aime.

A coup de casques et de « cadrages débordements »

En vivant sur un territoire où il fallait comme tout bon garçon taper dans un ballon rond, Thomas Delbecq a compensé avec la balle ovale. Drôle d’envie, mais c’est assurément sa première rencontre où il fera ses armes. En déliant le statut social et ses valeurs propres à ce jeu, c’est à coup de casques et de ruades qu’il y trouve sa place. Le rugby est son exutoire, son art de vivre. Il modélise ses apprentissages et se construit un gout de l’effort forcément lié à l’éducation familiale qu’il reçoit.

« J’y fais mes plus belles rencontres et sans le savoir, je pose les premières pierres de ma vie » confie Thomas Delbecq, Chargé d’affaires en crédit immobilier chez IDEALTAUX.

Rapidement l’histoire d’Amour prend forme. « C’est la découverte du monde. Tout me semble possible » analyse t-il avec le recul.

Il cultive son jardin, donne le meilleur de lui-même, sème, s’engage et patiemment il établit un avenir.

« C’est encore sur un terrain de rugby que je rencontre mon futur employeur IDEALTAUX. Le défi est grand, d’autant que je suis père de famille. Le virage est brutal mais la suite est fantastique.  J’accède à un métier dont il n’y avait pas de place pour moi, parait-il ! On m’a dit cela à l’école (sourire) ».

Le challenge est de taille, mais les réussites sont majuscules. 

« Je collabore avec des banquiers, des notaires, des comptables, des professionnels de l’immobilier… le gratin quoi ????. C’est phénoménal et je me prends au jeu. J’apprends, je progresse, je transforme et je soutiens des projets à taille humaine. L’exercice est excitant et je me plais à faire ce job ».

De la mêlée ouverte aux notes de velours

« Encore une rencontre où mon pote de toujours m’ouvre à la musique. D’aventures en aventures, en voilà une autre qui décape. On décide de créer un groupe de musique. J’apprends et aujourd’hui je suis batteur dans un groupe (« Les Fût d’Osons »), mon rêve est devenu réalité ».

D’un tempérament fonceur, il mesure et arrondit ses angles d’attaques. Du cadrage débordement, il déborde d’idées et cadre ses projets professionnels avec la maturité qui va bien. Une nouvelle facette pour ce cadre dynamique qui à force d’explorer, n’en finit plus d’étonner. 

« L’ouvrier doit pour bien travailler commencer par aiguiser ses instruments » citait Confucius.

Allier plaisir et travail, la formule idéale pour performer et être heureux.

Menu